Alliance circonstancielle de partis politiques de second rang

Alliance circonstancielle de partis politiques de second rang

Le récent rapprochement entre le Mouvement de Libération du Congo, MLC, parti politique cher à Jean Pierre Bemba, le Parti Lumumbiste, Palu, le parti

Politique-RDC : Le sénateur J.P. Bemba attendu à Kinshasa le mercredi 1er août
Jean-Pierre Bemba réagit : « élection de parodie, justice instrumentalisée, processus électoral biaisé, la RDC vers le chaos »
Pari réussi, Bemba rentre triomphalement à Kinshasa, mais sa résidence délocalisée

Le récent rapprochement entre le Mouvement de Libération du Congo, MLC, parti politique cher à Jean Pierre Bemba, le Parti Lumumbiste, Palu, le parti du patriarche Gisenga et l’Union pour la Nation du Congo, Unc, de Kamerhe, encore au Gouvernement a surpris plus d’un Congolais, observateur attentif du microcosme politique de Kinshasa tant les parcours et surtout les prises de position de ces acteurs sont discordants depuis plus de cinq ans.

 

Palu en sigle

Palu en sigle

Des jeunes acteurs politiques dont Abraham Luakabuanga de l’Udps de Limete ou Ngambi du Palu ne se sont pas gênés, le lundi 12 mars 2018, d’exprimer en public et sur les chaînes de radios de proximité leurs réserves face à des rapprochement qualifiés poliment d’alliance circonstancielle et conjoncturelle. D’autres jeunes acteurs politiques les ont définis comme des alliances électoralistes. Ces derniers ont affirmé que subsistent des pesanteurs des idéologies comme la ligne gauchiste ou de droite des partis. Le Palu, traditionnellement de gauche est allié avec le Mlc qui est libéral et l’Unc  sociodémocrate. Les premiers ont balayé ces arguments qui ne comptent pas dans la pratique habituelle de la politique en RDC. Ils ont cité en exemple un gouvernement qui rassemble des partis de tous ces courants ainsi que l’Opposition où se côtoient l’Udps, social démocrate et le cartel du G7 qui est libéral.

L’un des porte-parole du Palu a notamment reconnu que les responsables du parti ont voulu prévenir la disposition qui ne retient que les partis au-dessus de 1%. Les acteurs du MLC, du Palu et de l’Unc reconnaissent ainsi implicitement qu’ils sont des partis de second rang gênés par la présence pesante des deux grands poids lourds que sont le PPRD dans la majorité présidentielle et l’Udps dans le Rassemblement de l’Opposition.

Le Palu en mission de service pour la Majorité

Une voix discordante est intervenue à Barumbu où un jeune leader, Cédric Kimuanga, affirme du haut de son raisonnement que tout ceci est un jeu de dupes. Il estime que le Palu est en train de mener un travail de sape en privant l’Opposition politique de l’apport des partis de second rang aux grands partis bien ancrés dans l’Opposition. Il ajoute à sa pensée la relative indulgence inhabituelle de la Majorité qui débauche des ministres et créé le dédoublement des partis quittant le navire présidentiel. Le ministre Kokoniangi, un ténor de la Majorité, leur a reconnu publiquement (au Palu) le droit d’adopter une autre stratégie. Le jeune leader politique, président d’un centre de réflexion, reconnaît cependant que des aigris du Palu qui ne sont ni ministres ni mandataires publics peuvent orchestrer une fronde interne. » A quoi rime ce remue ménage, s’est-il interrogé, pour des partis qui sont handicapés pour les élections présidentielles ». Jean Piarre Bemba emprisonné à La Haye, n’acceptera pas un candidat présidentiel du Mlc et au Palu, une lutte fratricide est annoncée entre un fils et un neveu du patriarche Gisenga. Kamerhe de l’Unc a dérouté ses sympathisants par son parcours plus que sinueux.

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :