Affrontements entre des conducteurs des taxis motos et la police secourue par les FARDC à Kisangani

Affrontements entre des conducteurs des taxis motos et la police secourue par les FARDC à Kisangani

Les conducteurs de taxis motos protestant contre les tracasseries policières se sont opposés ce mardi 22 mai aux éléments de la police de circulation

Après le recours de Bemba à la Cour constitutionnelle, la CPI va-t-elle soutenir ou éclabousser la Céni ?
Querelle de chiffres sur la répartition du nombre de postes du Bureau définitif de l’Assemblée nationale
Pierre Lumbi : « Nous avons un candidat et un programme pour les élections, que la Majorité présidentielle nous présente les siens »

Les conducteurs de taxis motos protestant contre les tracasseries policières se sont opposés ce mardi 22 mai aux éléments de la police de circulation routière de la ville de Kisangani. Au cours de ces accrochages, la police alertée est descendue sur le lieu en lançant de gaz lacrymogènes pour stopper la manifestation.

Kisangani, centre ville

« Les forces de l’ordre ont d’abord répondu aux jets de pierres par des gaz lacrymogènes, avant de tirer, au moins en l’air« , relate un témoin. « Pour se défendre, les conducteurs de taxis motos ont alors répliqué avec des jets de pierre, ce qui a poussé la police débordée, à recourir à l’appui de l’armée qui a tiré des coups de feu pour disperser les manifestants », témoignent d’autres qui ont vécu l’événement.

Selon les sources locales, c’est suite à un accident de circulation provoqué par de éléments de la police qui voulaient arracher à un motard sa moto, parce qu’il n’avait pas obéi à leur injonction. L’accident s’est produit le lundi 21 mai sur le boulevard du 30 juin dans la commune de Makiso.

Les mêmes sources précisent que le conducteur de taxi moto qui tentait d’échapper, s’est renversé et sa tête a heurté le macadam. Suite à ce choc, la victime a perdu connaissance. L’information venant de l’hôpital faisant état de sa mort a provoqué la colère des taximen moto et ces derniers ont projeté à se manifester mardi 22 afin de dénoncer des tracasseries policières dont ils sont victimes chaque jour et cela, du matin au soir.

Le Gouverneur de la province de la Tshopo, Jean Lomata, a décidé de suspendre la présence de la police de circulation routière sur les artères de la ville de Kisangani.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :