Adolphe Muzito : Il faut faire la guerre au Rwanda pour rétablir la paix au Congo

Adolphe Muzito : Il faut faire la guerre au Rwanda pour rétablir la paix au Congo

Après avoir pris officiellement la tête de la présidence tournante de la plateforme « Lamuka », le lundi 2 décembre dernier au cours de la remise et r

Enfin, une première pour Lamuka, les leaders en réunion stratégique au Congo
Candidat commun de l’opposition, Martin Fayulu n’a jamais pactisé avec Kabila
Devant la presse à Bruxelles, Adolphe Muzito favorable à un candidat unique de l’opposition à la présidentielle

Après avoir pris officiellement la tête de la présidence tournante de la plateforme « Lamuka », le lundi 2 décembre dernier au cours de la remise et reprise avec Jean-Pierre Bemba, le nouveau Coordonnateur, Adolphe Muzito, a animé sa première conférence de presse, ce lundi 23 décembre, au siège de son parti, dans la commune de la Gombe.

Adolphe Muzito, nouveau coordinateur de Lamuka

Au cours de ce face à face avec la presse à la veille de son départ, avec d’autres cadres de cette plateforme à Beni, l’ancien Premier ministre de Joseph Kabila a passé en revue la situation socio-politique du pays avec l’œil d’un opposant. « Si nous voulons contrôler l’Est de la République, il faut faire la guerre au Rwanda. Il faut annexer le Rwanda au Congo », cette déclaration de Muzito est bien accueillie par la population qui ne croit pas au Rwanda d’être plus fort que le Congo.

Parlant de son plan d’action à la tête de Lamuka, le nouveau coordonnateur a dévoilé les démarches de sa plateforme qui consistent à ce que les prochaines élections soient crédibles en reflétant les choix des électeurs.

«  Ce que je vais apporter de particulier, c’est préserver les acquis de Lamuka. Je reprends le bâton de commandement pour mobiliser le peuple pour que les prochaines élections reflètent la vérité des urnes », a déclaré Adolphe Muzito qui se réclame de la résistance et non de l’opposition.

Rétablir le second tour de la présidentielle dans le cadre du HCRC

Pour la crédibilité des élections, Adolphe Muzito précise que Lamuka n’est pas contre le rétablissement du second tour de la présidentielle, souhaité par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, lors de son discours sur l’état de la nation devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, le vendredi 13 décembre au Palais du Peuple.

Lamuka à Rome pour soutenir le Cardinal Fridolin Ambongo

Mais pour lui, la plateforme Lamuka propose que toutes ces réformes se fassent dans le cadre du Haut Conseil des Réformes Constitutionnelles (HCRC).

« Nous ne sommes pas contre les réformes. Nous ne sommes pas contre le rétablissement du second tour de la présidentielle. Nous proposons que cela se passe dans le cadre du Haut Conseil des Réformes Constitutionnelles et implémenté au parlement », a déclaré le nouveau Coordonnateur de Lamuka.

a indiqué Adolphe Muzito lors de sa conférence de presse ce lundi à Kinshasa. L’ancien Premier ministre est d’avis qu’en « démocratie, un pays change par les réformes et par la révolution lors qu’on est dans une dictature ».

Selon Adolphe Muzito, la RDC est dans une démocratie en dysfonctionnement dont la balance pèse vers la dictature que l’on ne pouvait croire.

 « Nous ne sommes pas une démocratie. Nous sommes une dictature. Est-ce que nous sommes une démocratie qui dysfonctionne ou une dictature qui se porte bien ? Nous avons proposé de commencer par les réformes », a fait savoir Muzito.

« Nous voulons des réformes mais nous ne sommes pas naïfs. Nous savons que ceux qui gèrent actuellement le pays ne vont pas nous laisser mettre en œuvre ces réformes. Voilà pourquoi nous faisons la pression. En « démocratie, un pays change par les réformes et par la révolution lors qu’on est dans une dictature », a indiqué le président de Lamuka.

Le Rwanda n’aura jamais les terres qu’il cherche à avoir

 Le nouveau Coordonnateur de Lamuka qui sera à Béni via Goma, au Nord-Kivu, ce mardi 24 décembre, accompagné d’autres cadres de sa plateforme, pour consoler les compatriotes de cette partie du pays à la Nativité et aux festivités de fin d’année, a parlé du rétablissement de la paix à l’Est de ce sous-continent qui est la RD Congo. Pour lui, rétablir la paix dans l’Est, c’est faire la guerre au Rwanda, et pourquoi pas à l’Ouganda.

Tshisekedi et Kagame doivent se regarder dans les yeux

« Il faut faire la guerre au Rwanda pour rétablir la paix dans la région. Le Rwanda influe sur la politique congolaise. L’Ouganda aussi. Nous ne pouvons faire la paix qu’en menaçant le Rwanda, en occupant son territoire si possible. Ce n’est pas un objectif en soi, c’est une posture si rien ne change », a déclaré Adolphe Muzito en ajoutant : « Trouvez-vous normal que le Rwanda et autres sont très influents dans la gestion de notre pays? C’est parce que nous sommes faibles que nous n’arrivons pas à dire quel Président nous voulons au Rwanda ».

Il reconnait que c’est la faiblesse de congolais accentuée par l’illégitimité des autorités actuelles qui permet que le pays soit ainsi secoué. Avec l’intégration régionale pourtant, « le Rwanda pourrait entrer en RDC par la grande porte. La guerre sera longue et peut-être éternelle contre le Rwanda. Ce pays n’aura jamais les terres qu’il cherche à avoir. Il n’y a que dans la paix, dans le respect mutuel et la sécurisation des intérêts entre nos communautés que nous pourrions collaborer avec les Rwandais », a-t-il dit. « Mais la vraie guerre ne peut être menée que par un État fort avec des institutions légitimes », a-t-il tranché devant les chevaliers de la plume.

Lamuka au Parlement pour surveiller les lois

Députés et Sénateurs de Lamuka à la Cour constitutionnelle

Parlant de la présence de sa plateforme au Parlement, alors qu’elle se réclame de la résistance et non de l’opposition, Adolphe Muzito s’est défendu en disant que « Nous sommes au parlement dans le cadre d’un positionnement républicain et nous sommes dans la rue pour revendiquer. »

 Considérant cette démarche complémentaire, le Coordonnateur de Lamuka a précisé l’objectif de sa plateforme au Parlement. « Nous sommes au parlement pour surveiller les lois qui sont votées. Nous sommes au parlement pour protéger la constitution et pour faire le relais avec la population. Nous menons le combat républicain au parlement et la lutte dans la rue », a-t-il précisé.

On se rappelle que lors de son entrée en fonctions à la présidence de  Lamuka le lundi 2 décembre dernier, Adolphe Muzito avait déclaré : « Le pays est divisé, il y a la cacophonie au plus haut sommet de l’Etat. Il n’y a pas de cohésion, c’est la rivalité. Il faut que tout le monde comprenne que le pays a besoin de cohésion, de l’unité. Nous allons y travailler. Vous connaissez bien la vocation de Lamuka : défendre la constitution, mobiliser le peuple pour dire alternance démocratique reflétant la vérité des urnes ».

Comme il avait promis de travailler sur le terrain, le voici en déplacement pour Béni où il va échanger avec les membres de différentes communautés.  « Nous allons y travailler, cette fois-ci un peu plus sur le terrain », a-t-il promis.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :