A la découverte des œuvres d’arts de la ‘fumée sur toile’ de Géraldine Tobe

A la découverte des œuvres d’arts de la ‘fumée sur toile’ de Géraldine Tobe

Géraldine Tobe a présenté ses récentes œuvres dans l'exposition dénommée " l'écran de fumée" qui a démarré le 8 mars et va jusqu'au 31 mars 2018, c'es

La clôture de l’année académique effective dans l’archidiocèse de Kananga
Une exposition d’art contemporain programmée à l’Académie des Beaux-arts du 17 au 23 juin 2018
Le ministre du Budget, Kangudia, refuse de quitter le gouvernement

Géraldine Tobe a présenté ses récentes œuvres dans l’exposition dénommée  » l’écran de fumée » qui a démarré le 8 mars et va jusqu’au 31 mars 2018, c’est dire qu’il y a encore des jours pour découvrir cette jeune artiste novatrice.

L’Agence Dia y est descendue le 16 mars 2018 à la salle d’exposition qui se trouve à l’Institut français à Kinshasa Gombe. Ledit institut a entre autres buts de valoriser les arts congolais et que les Congolais puissent voir des femmes artistes dans l’art contemporain. Géraldine Tobe va présenter une série photographique de toiles sélectionnées à la 13ième édition de la Biennale Dark’art au Sénégal du 3 mai au 2 juin 2018.

De la fumée comme matériau atypique sur toile

 

Peinture Fumée sur toile

Peinture Fumée sur toile

Géraldine la seule jeune plasticienne vivant à Kinshasa, a déclaré à la presse qu’elle est inspirée par la nature, la situation de son pays et surtout des visites qu’elle fait à travers le monde. Dans ses explications, elle a dit utiliser le feu pour en extraire son précieux sésame: Ce matériaux atypique, la fumée, est utilisé pour rompre les frontières entre réalité et onirisme où la vanité humaine se confronte au temps qui passe trop vite, à la fragilité de l’ homme , à la destruction , au triomphe de la mort.

Les toiles de Tobe posent des questions existentielles sur la société actuelle et surtout de la représentation d’un fœtus. Cette toile montre une vingtaine de foetus de différentes grandeurs qui représentent la fragilité de la jeunesse actuelle face à la vie.

Géraldine Tobe a aussi exposé une œuvre en double représentation, fumée sur toile, et poupée percée de plusieurs tigettes de fer, pour représenter un bébé poupée-sorcière. Elle a dit que ceci démontre la situation actuelle des familles congolaises qui maltraitent certains enfants traités de sorciers.

L’expérience de la mort apprivoisée à Madagascar

Géraldine Tobe, profitant d’une bourse découverte à Madagascar a vu comment dans la coutume locale, la mort est apprivoisée avec l’exhumation tous les ans des morts et leurs défilées devant une foule de parents en liesse. Ces scènes de morts portés par les siens ont été illustrée sur une dizaine de toiles de Tobe pour un public congolais qui délaissent les morts après l’enterrement. D’ailleurs, les toiles de la jeune artiste congolaise montrent un atmosphère de fragilité de l’Homme et du triomphe de la mort.

A la fin de la visite, Géraldine Tobe a déclaré qu’elle accepte que n’importe quel spectateur donne ses propres sensations devant ses toiles.

Laurianne lolo Mpotambwa, stagiaire

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :