Election présidentielle : Samuel Eto’o soutient Paul Biya, des camerounais attirent la foudre sur lui

Election présidentielle : Samuel Eto’o soutient Paul Biya, des camerounais attirent la foudre sur lui

Au terme d'une audience au perron du palais présidentiel, Samuel Éto'o a annoncé qu'il votera pour le président sortant Paul Biya qu’il qualifie d’un

La convocation de l’électorat le 23 juin conduit la RDC dans une période cruciale
Sénat : A cause de l’incompatibilité de leurs élus, 9 suppléants validés sénateurs  
Gratuité de l’éducation de base : 245 USD pour l’enseignant et 50 USD pour le fonctionnement de l’école

Au terme d’une audience au perron du palais présidentiel, Samuel Éto’o a annoncé qu’il votera pour le président sortant Paul Biya qu’il qualifie d’un « leader unificateur ». Le footballeur professionnel camerounais en a profité devant les micros et caméras de journalistes pour inviter ses fans à faire comme lui.

Rigobert Song et Samuel Eto’o

Le Ballon d’or 2016 africain n’est pas seul, un autre ancien lion indomptable et ancien capitaine de l’équipe nationale du Cameroun, Rigobert Song, est allé dans le même sens en indiquant qu’il apporte aussi son soutien à Paul Biya.

L’un des candidats à l’élection présidentielle, Akere Muna est parmi les premiers à réagir à cette annonce. Il s’est dit triste et choqué, tout en rappelant que Samuel Eto’o, aujourd’hui âgé de 37 ans, avait tout juste un an lorsque Paul Biya est devenu président de la République du Cameroun. A part Akere, la star du ballon rond est critiquée sur les réseaux sociaux par ses compatriotes camerounais en le qualifiant de « traitre ». Cette déception a poussé certains jusqu’à lui contester sa nationalité camerounaise.

Du côté de l’opposition, l’artiste Richard Bona ne s’est pas gêné pour redire tout le mal qu’il pense du candidat du pouvoir, sans avoir appelé à voter pour un candidat précis.

Pour rappel, c’est ce dimanche 7 octobre 2018 que les camerounais voteront un nouveau président afin de remplacer Paul Biya qui a passé 36 ans au pouvoir sans partage. Comme on le sait, les élections en Afrique n’ont pas du tout été transparentes et crédibles. Le candidat au pouvoir les remporte à cause de son pouvoir, son argent et ses services de sécurité. La commission électorale étant sous ses bottes, il est toujours élu malgré des contestations populaires. Paul Biya risque d’obtenir un autre mandat.

Gel Boumbe

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :