31 DECEMBRE 2017 : Un dimanche au gaz lacrymogène, fidèles molestés et prêtre brutalisé

31 DECEMBRE 2017 : Un dimanche au gaz lacrymogène, fidèles molestés et prêtre brutalisé

Très peu de fidèles de Notre Dame de Fatima ont eu accès ce dimanche 31 décembre à leur église située sur l’avenue Tombalbaye dans la commune de la

Le père Sébastien Yebo relâché le soir du jour de son enlèvement
Les partis politiques et les mouvements citoyens adhèrent à la marche du 31 décembre 2017
Des Coups de feu après la messe en mémoire des victimes du 31 décembre 2017 à la cathédrale Notre Dame du Congo
les manifestants catholiques le 31 décembre 2017

Les manifestants catholiques le 31 décembre 2017

Très peu de fidèles de Notre Dame de Fatima ont eu accès ce dimanche 31 décembre à leur église située sur l’avenue Tombalbaye dans la commune de la Gombe. Les policiers déployés dans la ville de Kinshasa ont barricadé toutes les issues menant à cette paroisse en vue d’empêcher leur rassemblement pour l’unique messe du jour avant la tenue de la marche pacifique programmée par le Comité Laïcs de Coordination pour l’application de l’accord du 31 décembre 2016.

La forte présence militaire et policière, la fouille, le contrôle des véhicules et la multiplicité de barrières érigées sur la quasi-totalité des routes de la capitale par les hommes en uniformes ont dissuadé certains paroissiens habitants loin du centre-ville d’effectuer le déplacement craignant probablement les tracasseries et le pourrissement de la situation.

Les fidèles qui se sont pointés avant 07h 30 ont pu, non sans peine, accéder dans l’enceinte de la paroisse avant d’être enfumés par le gaz lacrymogène. Un prêtre a été brutalisé par les éléments de la police qui auront vainement tenté d’empêcher son accès à la paroisse Notre Dame de Fatima. Beaucoup des paroissiens, même ceux des environs, se sont vus interdits de prier ce dimanche et contraints de retourner à leurs domiciles.

Au terme de la messe, déterminés, le curé de la paroisse Notre de Dame de Fatima, le père Michel EKONZO, ses confrères et les quelques fidèles présents à la célébration eucharistique du jour se sont mis en route pour la marche pacifique sur un parcours d’environ 300 mètres. Car, les éléments de la police, au nom de la loi, disaient-ils, étaient tenus de les disperser et avaient reçu l’ordre de leur hiérarchie d’empêcher tout attroupement. Ainsi le curé décidera-t-il de clôturer la marche pacifique des chrétiens de Notre Dame de Fatima par la prière à la hauteur de la RTNC 2 malgré les intimidations des forces de l’ordre.

Pour leur part, les paroissiens de Sainte Trinité au quartier Debonhomme dans la commune de Matete ont dû changer d’itinéraire pour réussir leur marche pacifique. Les militaires postés le long de la grande avenue Lumière débouchant sur le boulevard Lumumba n’ont pas eu le moindre soupçon du changement d’itinéraire de ceux qu’ils attendaient à réprimer. Le curé de Sainte Trinité, l’abbé Robert KIMUNGU, son vicaire l’abbé Jean-Pierre MONGAMBI et leurs fidèles ont contourné l’obstacle en empruntant les routes secondaires pour déboucher sur le boulevard Lumumba. Dans leur cheminement pacifique, les manifestants ont rencontré une première ceinture des agents de l’ordre non loin du pont Matete auxquels ils ont expliqué avec succès le bienfondé de leur marche. Mais à l’approche de la seconde ceinture des forces de sécurité, un mur d’incompréhension s’érigeait avec un message des bombes lacrymogènes lancées à distance. Au niveau de la place « Échangeur » de Limete, ce fut le début d’un affrontement violent, une débandade dans un concert de coups de feu et au rythme de bastonnades dans un nuage de fumée.

Plusieurs chrétiens ont été passés à tabac sans merci, à l’exception des prêtres dont un, en l’occurrence le vicaire, a été arrêté puis relâché quelques heures plus tard ainsi que les personnes interpellées lors de cette manifestation qui s’est voulue pacifique en République Démocratique du Congo.

Onésime Mukandila

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :