1er prix Nobel Congolais de la paix attribué au gynécologue Denis Mukwege

1er prix Nobel Congolais de la paix attribué au gynécologue Denis Mukwege

Une 1ère dans l’histoire de la RDC, le prix Nobel de la paix 2018 vient d’être attribuée le vendredi 05 octobre 2018 au gynécologue congolais Denis Mu

Shadary le dauphin, parmi les sanctionnés de l’Union Européenne
Plus grand appel de fonds réalisé par les humanitaires pour 13,1 millions de Congolais en danger humanitaire
L’ECC appelle la CENI à offrir à la nation rien que la vérité des urnes

Une 1ère dans l’histoire de la RDC, le prix Nobel de la paix 2018 vient d’être attribuée le vendredi 05 octobre 2018 au gynécologue congolais Denis Mukwege et à la militante irakienne Nadia Murad pour leurs efforts à mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre.

Dr Dénis Mukwege

Prix Nobel de la paix 2018

« Le prix c’est bien mais il faut que cela arrive à changer quelque chose. Les femmes ne doivent plus être mutilées et utilisées comme arme de guerre » telle est la réaction du Dr Denis Mukwege après avoir appris qu’il est l’un de deux lauréats du prix Nobel 2018.

Cette année, 331 individus et organisations ont été proposés pour la prestigieuse récompense décernée chaque année à Oslo. Le Dr Mukwege et la militante Yazidie Murad ont été désignés par les cinq membres du comité norvégien. «Denis Mukwege et Nadia Murad ont tous les deux risqué personnellement leur vie en luttant courageusement contre les crimes de guerre et en demandant justice pour les victimes», a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen.

Pour la petite histoire

Agé de 63 ans le Dr Denis Mukwege est un gynécologue qui soigne les victimes de violences sexuelles en République Démocratique du Congo depuis l’année 2000. Expert reconnu au niveau mondial de la réparation des dommages physiques causés par le viol et les violences sexuelles, surnommé l’homme qui répare les femmes il milite pour faire reconnaître le viol comme une arme de guerre. Pour son combat, il devient une cible et échappe à une tentative d’attentat qui le force un temps à l’exil en Europe avant de revenir reprendre son travail avec les victimes de ce qu’il considère comme «une guerre sur le corps des femmes» souligne le Figaro.

Prisca Materanya

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :