12 milliards de Francs congolais d’impression des bulletins de l’EPSP, pomme de discorde entre le ministre Musemena et le Senapi

12 milliards de Francs congolais d’impression des bulletins de l’EPSP, pomme de discorde entre le ministre Musemena et le Senapi

Les violons ne s’accordent plus entre le Ministre de l’EPSP et les syndicats du Service national d'approvisionnement et d'imprimerie (Senapi) autour d

Monusco : Leila Zerrougui prend ses fonctions et annonce ses couleurs
Rapport de GEC : Des élections crédibles, prochaine priorité du mandat de la Monusco
La phase préparatoire du projet de promotion de la gestion efficace du parc national de la Salonga a été lancée à Kinshasa

Les violons ne s’accordent plus entre le Ministre de l’EPSP et les syndicats du Service national d’approvisionnement et d’imprimerie (Senapi) autour de l’impression des bulletins de l’école primaire, secondaire et professionnel pour les écoles de la RDC. Depuis l’arrivée de Gaston Musemena à la tête de ce ministère, les 12 milliards de Francs congolais de l’impression des bulletins échappent au Senapi. Le lot que son prédécesseur, Maker Mwango, a laissé se trouve jusqu’aujourd’hui dans le dépôt de cette entreprise de l’État.

SENAPI, visite de l’ancien ministre du Budget

Mécontent de la situation, la délégation syndicale de Senapi (ex-Renapi) est montée au créneau pour dénoncer l’acte posé par le Ministre de l’EPSP, Gaston Musemena tendant à détruire cette entreprise publique dont l’État congolais a accordé l’exclusivité d’imprimer les bulletins et manuels scolaires pour l’enseignement primaire, secondaire et professionnelle.

Composée de Bob Kapila, Cléoface Ilunga, Jacques Bazoye, pour ne citer que ceux-là, la délégation syndicale de Senapi accuse le Ministre de l’EPSP d’avoir détourné le marché d’impression des bulletins reconnu officiellement par l’État congolais, pour le donner aux chinois.

« A l’arrivée du Ministre Gaston Musemena à la tête de l’EPSP, nous avons écrit et rencontré pour échanger sur le travail dont l’État congolais a confié l’exclusivité au Senapi, dont l’impression des bulletins et autres documents de valeur comme des manuels scolaires. Le Ministre a pris un arrêté maintenant notre exclusivité, il en est de même pour le Premier ministre qui a pris à son tour un arrêté, toujours en faveur de Senapi. Mais nous étions surpris de suivre le Ministre à la télévision montrant un bulletin imprimé en Chine »,a déclaré la délégation syndicale.

Crise de confiance ou une affaire de sou

Nouveau bulletin de l’EPSP

Selon la délégation syndicale de Senapi, leur entreprise donne à l’EPSP un bulletin à 250 Fc tandis que celui imprimé en Chine par le Ministre s’achète à 1000 Fc. « Ce qui est imprimé par Senapi est de bonne qualité (120 grs), mais à moins cher alors que celui de la Chine qui est de mauvaise qualité (80 grs) est vendu plus cher. Dans notre dépôt, le stock de l’année 2016 – 2017 se trouve encore mais le Ministre a préféré se tourner vers l’extérieur pour détruire l’entreprise de l’État congolais qui dispose de machines sorties de la nouvelle technologie. Le Ministre a mis en cause sa propre signature qui se trouve sur son arrêté », explique la délégation syndicale.

Pour la délégation syndicale de Senapi, le Ministre de l’EPSP ne veut pas que leur entreprise fonctionne et que les nombreuses familles qui sont à sa charge puissent vivre comme celles d’autres entreprises de l’État. « Le Ministre doit savoir que c’est le Senapi qui va livrer les bulletins pour cette année scolaire. Il ne doit pas agir sous les actions politiques. Nos autorités ne doivent pas voir seulement leurs intérêts au détriment de la population congolaise. Dans ce marché, il y a un budget de 12 milliards de francs congolais qui est bien reparti en pourcentage dans chaque service concerné. Le cabinet du ministre a 3%, le secrétariat général 3%, la Commission paritaire 4%, les chefs des établissements 4%, pour ne citer que ceux-là. En bref, l’EPSP a 40% et le Senapi 60%. Nous demandons au chef de l’État de nous aider à récupérer tous les marchés attribués au Senapi  qui a 800 employés à travers le pays dont plus de 500 à Kinshasa. Le Ministre du Budget ne doit pas aussi rester indifférent dans ce dossier, surtout qu’il est notre tutelle », a conclu la délégation syndicale.

Ce dossier montre une fois de plus que les autorités cherchent bec et ongle leurs intérêts au détriment des intérêts de la population. Vous en avez la preuve dans ce dossier.

Gel Boumbe

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :