08 mars 2018 : Les femmes de la Cenco sont appelées à dépasser la dimension émotionnelle pour se mettre en valeur

08 mars 2018 : Les  femmes de la Cenco sont appelées à dépasser la dimension émotionnelle pour se mettre en valeur

Les femmes des commissions qui composent la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, CENCO, ont choisi de commencer la célébration de la Journée Inte

« Médiocre » n’est pas une insulte mais une évaluation, dixit Abbé Donatien Nshole
La CENCO déplore les déclarations de certains ténors de la MP qui évoquent la possibilité d’un autre mandat de Joseph Kabila
POINT DE PRESSE DU SECRETARIAT GENERAL DE LA CENCO SUR LE PROCESSUS ELECTORAL

Les femmes des commissions qui composent la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, CENCO, ont choisi de commencer la célébration de la Journée Internationale des droits des femmes, ce jeudi 08 mars 2018, par une messe avant de passer à la conférence sous le thème « Dynamique du groupe et profile d’une femme leader ». Cette activité s’est déroulé à l’espace Simon’s Plaza dans la périphérie Est de la ville de Kinshasa.

L'Abbé Nshole, l'abbé José Likolo et l'Abbé Pascal Osongo entrain

L’Abbé Nshole, l’abbé José Likolo et l’Abbé Pascal Osongo célèbrent la messe

Dans son homélie tirée des lectures du jour : Jérémie 7, 23-28 ; Psaume  95(94) et Luc 11, 14-23, l’Abbé José Likolo qu’entouraient l’Abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO et l’Abbé Pascal Osongo Senga, prêtre du diocèse de Tshumbe, a tenu, dans un échange avec les dames de la CENCO, à épingler ce qu’il a nommé les « démons » auxquels les femmes doivent faire attention notamment l’orgueil, la  jalousie, le commérage, etc.  afin de construire une civilisation d’amour où règnent la paix et la concorde pour que le monde nous voie comme de véritables disciples du Christ, a-t-il indiqué.

 L'Abbé Josée Likolo

Aussi l’officiant du jour a-t-il demandé aux femmes  de relever le défi de se départir de stéréotypes qui laissent croire que les femmes ne peuvent pas construire une nation ou entreprendre quelque chose de solide. L’Abbé José Likolo les a invités à construire ensemble. Pour clore son sermon, le prêtre a présenté aux femmes deux images dont elles doivent s’inspirer à savoir : Les bambous et les pigeons. Concernant la première image, à en croire l’Abbé Likolo, les bambous prennent du temps pour pousser mais une fois enracinés profondément et solidement, ils résistent malgré leur hauteur aux intempéries en demeurant flexibles. Quant à la seconde image, le prêtre relève que les pigeons donnent de leçons aux hommes. -Les pigeons sont fidèles et nous inspirent la fidélité à nos engagements, chacune ou chacun,  selon sa vocation ; -ils aiment le calme, ils fuient le bruit, l’éclat des voix, une invitation à la douceur en évitant tout emportement dans nos associations ; et enfin la leçon de la complémentarité, car le mal et la femelle s’entraident à bien des égards.

Vue d'ensemble de femmes de la Cenco

      Vue d’ensemble de femmes de la Cenco

Après la célébration eucharistique, une conférence a été organisée sous le thème : « La dynamique d’un groupe et le profil d’une femme leader». Le choix porté sur ce thème s’explique du fait que les femmes de la Cenco devaient élire et mettre en place le comité dirigeant de leur structure. Le conférencier du jour, l’Abbé Pascal Osongo Senga, prêtre du diocèse de Tshumbe  et étudiant en Philosophie à l’Université Catholique du Congo, UCC, a également invité les femmes à lutter contre le mensonge, la mésentente, la médisance, la soif du pouvoir et de l’argent pour faire prévaloir la communion et l’amour.  En outre, le prêtre du diocèse de Tshumbe a martelé sur le Leadership distribué qui voudrait que chaque personne se trouve à la place qu’il faut suivant ses compétences ainsi que sur le principe de subsidiarité fondé sur la décentralisation du pouvoir et le partage des responsabilités sur base de la confiance. Et sous ce rapport, l’Abbé Pascal a présenté les caractéristiques du leader. Pour lui, un leader doit : – avoir un idéal à poursuivre, une

Abbé Pascal Osongo Senga, prêtre du diocèse de Tshumbe

Abbé Pascal Osongo Senga entrain d’animer la conférence à l’intention les femmes de la Cenco

vision, des objectifs qui intéressent les autres ; – donner sans contrepartie ; – aider malgré les déconvenues, les injures et les incompréhensions ; – avoir une capacité d’écoute et d’accueil, le tout dans une dimension non pyramidale mais circulaire pour favoriser la communion. In fine, l’Abbé Pascal Osongo Senga a exhorté les femmes de dépasser la dimension émotionnelle pour atteindre la dimension à la fois rationnelle et spirituelle qui les mettra en valeur.

Au terme de cette conférence et avant la réjouissance, les femmes de la CENCO ont mis sur pied une structure les regroupant et à la tête de laquelle elles ont élu Madame Patience Moloko de Caritas Congo et la révérende sœur Jeannette Kongolo du Centre interdiocésain , respectivement Présidente et Vice-Présidente de l’Association des Femmes de la CENCO.

L'Abbé Nshole entre la présidente et la vice-Présidente de l'association des femmes de la Cenco, l'abbé José Likolo, les invités et quelques femmes de la Cenco

L’Abbé Nshole entre la présidente et la vice-Présidente de l’association des femmes de la Cenco, l’abbé José Likolo, quelques invités et  des femmes de la Cenco

Pour sa part, le secrétaire Général de la Cenco, l’Abbé Donatie Nshole a par sa présence honoré les femmes de la Cenco, les a félicité et encouragé à travailler ensemble. Il s’est aussi réjouit de l’élection d’une laïc et d’une religieuse à la tête de l’association des femmes de la Cenco.

Cette année 2018, la Journée internationale des femmes a été célébrée dans le monde sous le thème : «  L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ».  Des personnes se sont mobilisées pour un avenir plus équitable. En s’inscrivant dans le thème prioritaire de la 62e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, la Journée internationale des femmes entend également attirer l’attention sur les droits et l’activisme des femmes rurales qui, bien qu’elles représentent plus d’un quart de la population mondiale, sont laissées pour compte dans chaque aspect de développement. Et sur cette lancée, le sous-thème national choisi en République Démocratique du Congo est : « Investir dans la force productrice de la femme rurale, priorité de la RDC ».

Onésime Mukandila et Petronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :